Citations

“Quand j’étais enfant, je dessinais comme Raphaël mais il m’a fallu toute une vie pour apprendre à dessiner comme un enfant.”

— Pablo Picasso

Historique du Musée

Le musée d’art naïf de Vicq a été inauguré en 1973, dans la maison de campagne du couple Max Fourny-Françoise Adnet.

Patio du Musée d'art naïf de Vicq

Patio du Musée d’art naïf de Vicq. A droite, l’ancienne maison de campagne de Françoise Adnet et de Max Fourny, et à gauche la partie construite pour la fondation du musée.

La propriété, un corps de ferme daté de 1777, attenante au moulin de Vicq, a été agrandie en vue de la fondation du musée, afin de pouvoir abriter une collection naissante qui allait se développer et se structurer, au fil des ans, dans un contexte international.

 

Max Fourny a parcouru le monde à la découverte de peintres et de sculpteurs naïfs. Ces rencontres étaient sa passion. Souvent il leur offrait de participer à l’illustration d’ouvrages d’art qu’il éditait, en leur proposant des thèmes autour desquels les artistes naïfs créaient librement : les proverbes, la chanson traditionnelle, l’arche de Noé, la fête, le rêve, l’arbre… Ainsi est née la collection Max Fourny ainsi qu’un remarquable fonds d’édition.

Les proverbes vus par les peintres naïfs, par Anatole Jakovsky, 1973, éditions Max Fourny, Art et Industrie

Les proverbes vus par les peintres naïfs, par Anatole Jakovsky, 1973, éditions Max Fourny, Art et Industrie

A son décès, en 1991, sa collection de sculptures et peintures naïves comptait plus de 1500 pièces, réparties entre le musée d’art naïf de Vicq et le musée D’art naïf Max Fourny de la Halle Saint-Pierre, dans le quartier de Montmartre à Paris. Suite à la donation effectuée par Max Fourny et son épouse, l’artiste peintre Françoise Adnet, la commune de Vicq est propriétaire des bâtiments et des collections.
En 2004, la collection s’est enrichie de plus 500 œuvres provenant du musée D’art naïf de Bages, définitivement fermé en 2002. Préférant poursuivre l’oeuvre de la fondatrice Françoise Javault plutôt que de disperser la collection, Les héritiers ont souhaité que le musée d’art naïf de Vicq prenne en charge ces œuvres et continue à les exposer au grand public.

Partager l'article